Notre top 5 des astuces pour booster votre mémoire

Tic-tac, tic-tac… le 17 juin approche à vitesse grand V ! Vous devez être (enfin on l’espère pour vous !) en pleine révision, avec vos fiches, vos annales… On garde le cap, car à moins d’un mois du bac, il faut être au taquet ! Parce qu’on est sympa, on vous dévoile quelques petits secrets pour donner un coup de pouce à votre mémoire, qui doit commencer à saturer. Bien manger, bien dormir, prendre quelques tisanes, OK, ce sont les bases. Mais il existe certaines astuces, assez loufoques on vous l’accorde, qui peuvent bien faire la différence sur votre mémoire ou plutôt, sur vos mémoires : celle à court terme (ou « mémoire de travail »), à long terme (« mémoire épisodique »), sémantique (qui sous-tend notre culture générale), procédurale (qui gère les automatismes) et la perceptive (liée à nos sens). C’est parti !
 

#1 On va bouger, bouger !

<font style="color: #00ecaf;">#1</font> On va bouger, bouger !

Oui, on sait déjà que faire du sport est bon pour la santé. Sérotonine, dopamine, endorphine… bouger dope les hormones, avec des répercussions positives sur notre corps et notre mental. Mais on va vous en apprendre une : le sport a un impact sur la structure de notre cerveau, par l’augmentation du débit sanguin, et donc une meilleure oxygénation, la densification de la matière grise, la création de nouvelles interconnexions neuronales. En gros, le cerveau devient plus rapide, avec une meilleure mémoire et une concentration optimale. CQFD.
Selon une étude réalisée par l'Institut de technologies de Géorgie, aux États-Unis, la mémoire s’est trouvée améliorée de 10% par la pratique d’un exercice physique de 20 minutes au minimum. Il est en effet conseillé, pour de bons résultats, de pratiquer un sport plusieurs fois par semaine, à raison de 30 min en moyenne par séance. Le top : commencez votre journée par votre séance, directement après votre réveil, et avant vos révisions. Efficacité garantie !
 

#2 Vous n’êtes pas fou… vous lisez simplement à voix haute

Ne lisez pas non plus l’encyclopédie entière à haute voix au risque de mettre votre cerveau en erreur 404. Lire à voix haute faciliterait la mémorisation des mots, plus que par la lecture silencieuse. Comment est-ce possible ? Le professeur et président du Département de Psychologie de l’Université de Waterloo (Canada), Colin Mac Leod, et Noah Forrin (post-doctorant), expliquent que « la production orale est bénéfique car elle comporte deux composantes distinctes : un acte moteur (parole) et un apport auditif unique autoréférentiel ». Au cours de leur étude réalisée en 2017, intitulée « This time it’s personal : the memory benefit of hearing oneself », 4 méthodes de mémorisation de mots écrits étaient passées au crible. Résultat : les meilleures performances étaient à mettre à l’actif des personnes écoutant leur propre voix mais surtout ayant bien oralisé les mots.
Du coup, cibler vos prios, les éléments les plus importants, et lisez-les avec votre plus belle voix !

<font style="color: #00ecaf;">#2</font>  Vous n’êtes pas fou… vous lisez simplement à voix haute

#5 Allez, serrez les dents… ou les poings !

 <font style="color: #00ecaf;">#5</font> Allez, serrez les dents… ou les poings !

Selon des chercheurs de la Montclair State University,  serrer le poing droit stimulerait l'hémisphère gauche du cortex cérébral, et permettrait donc d’améliorer la mémorisation des informations. Mieux encore : s’il faut serrer le poing droit lors de la mémorisation, serrez le gauche au moment de restituer les infos. Pourquoi ? L'hémisphère gauche du cerveau, responsable de l’encodage des informations,  est associé à la partie droite du corps, et l'hémisphère droit, plus actif lorsque l'on sert le poing gauche, permet de restituer ces infos.
Donc souvenez-vous :
Poing droit = mémoriser ;
Poing gauche = se souvenir de l’information.
Après l’effort, le réconfort. Venez découvrir l’espace de co-living ECLA Campus !

Préparation du bac : 5 activités pour être au top le jour J !